RIP Jake Phelps _ Rédacteur en chef de Thrasher

Jake Phelps, le rédacteur de longue date du magazine de skate Thrasher, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, la triste nouvelle a été annoncé par son fils.

 

Jake est né en Californie et aurait vécu dans le Massachusetts avant de revenir à San Francisco au début des années 1980 pour y travailler dans un magasin de skate situé à Haight. À peu près à la même époque, Kevin Thatcher, cofondateur de Thrasher, a proposé à Jake de rédiger des chroniques de revue de produits pour le magazine qu’il dirigera plus tard. Il travaillera également quelques années au service expédition de Thrasher avant d’en prendre la tête en 1993.

Phelps, dont la phrase « skate or die » était inscrite sur ses cartes de visite, était lui aussi un skater assidu. Fils de Fausto Vitello, Tony Vitello a publié hier sur le site du magazine Thrasher un texte rendant hommage à Jake Phelps.

Traduction : “Jake Phelps était un skateur à 100%, […] au-delà de son énorme influence dans notre monde, il était vraiment un individu unique bien au-delà de ce monde. Lorsque les êtres chers nous quittent, nous pensons parfois à leur vie bien remplie d’amitiés et d’expériences. Parfois, nous devons nous persuader de croire tout cela. Cela nous aide à nous sentir mieux et à faire face à la perte. Eh bien, dans le cas de Jake, la tâche consiste à comprendre combien de vies une personne pourrait éventuellement vivre. Il a vraiment tout vu, tout fait, et son incroyable cerveau pouvait apprécier chaque détail. […] Il n’y avait pas de mythe. L’homme était le mythe. Nous t’aimons, Jake. -Tony Vitello”

 

Voir cette publication sur Instagram

Jake Phelps was 100% skateboarder, but that label sells him way too short, because beyond his enormous influence in our world, he was truly an individual beyond this world. When loved ones pass we sometimes mythologize about their full lives rich in friendships and experiences. Sometimes we need to talk ourselves into believing it all. It makes us feel better, and helps us cope with the loss. Well, in the case of Jake, the task becomes wrapping your head around just how many lives one person could possibly live. He really did see it all, do it all, and that incredible brain of his could relish every last detail. But most of you reading this now identified primarily with Jake Phelps the skateboarder, and editor of our magazine, so I will leave you with this truth – I never met anybody who loves anything more than Jake worshipped skateboarding. Just as we need food and water to survive, Jake needed skateboarding to keep his blood pumping. It was more than a hobby or form of transportation or way of life – it was his oxygen. Here’s another thing. Jake never bailed. Jake fucking slammed. And there is a big difference. He only knew commitment. He was going to go for it without hesitation, and there were only two outcomes. Either you’d see his triumphant fist pumping in the air or it’d be an earth-shaking collision with the concrete. I remember him telling me once that he never fell backwards, he always fell forward. Leaning back meant there was hesitation, and Jake was all the way IN. There was no myth. The man was the myth. We love you, Jake. -Tony Vitello

Une publication partagée par THRASHER MAGAZINE (@thrashermag) le

//www.instagram.com/embed.js

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.